Notice: Only variables should be assigned by reference in /opt/data/domains/afpf-asso/public_html/actions.php on line 24
Les articles

Association Française pour le Production Fourragère

Les articles

English version

Durabilité d'un systèmes économe en travail et maximisant le pâturage dans le nord-est de la Charente

Paru en 2003 dans Fourrages n°173 (page 89 à 92)

Auteurs : Peyrille S.

Co-auteurs :

Mots-clefs : trèfle blanc, environnement, système fourrager, étude économique, gestion du pâturage, production laitière, prairie temporaire, bovin, association végétale, exploitation agricole, aliment concentré, bilan d'azote, Poitou-Charentes, travail, agriculture durable

Résumé :

En Charente, la ferme laitière de Léon Kocken présente des aspects particulièrement intéressants : elle est basée entièrement sur la maximisation du pâturage, malgré ses dimensions réduites : 20 vaches à 8 000 litres et 175 000 l de quota sur environ 40 ha. Pour réduire son temps de travail, l'éleveur a effectué diverses modifications (salle de traite, stabulation avec distributeur automatique de concentré…). La conduite animale est exigeante. La totalité des vêlages a lieu entre octobre et janvier pour qu'en été les vaches soient en fin ou en milieu de lactation et puissent être toutes taries en août. L'utilisation de concentrés (en janvier notamment) est assez importante (1 500 kg de concentrés par vache) pour assurer un pourcentage de réussite en 1re insémination élevé (environ 60%). Le pâturage est organisé en 20 paddocks avec des temps de séjour rapides (2 jours). Suite au déprimage, le pâturage s'organise au printemps avec 75 ares par vache laitière, et 110 ares en été. Le foin et l'ensilage d'herbe sont d'excellente qualité (réalisés par une entreprise).
L'efficacité et le revenu (disponible : 33 200 €) sont importants. Le temps de travail sur l'exploitation représente environ un mi-temps. La durabilité environnementale est, elle aussi, élevée puisque les effluents d'élevage et les produits phytosanitaires sont maîtrisés ; plus aucun engrais azoté n'est épandu. L'éleveur s'est impliqué dans la gestion du territoire par la création de gîtes et la signature d'un CTE (avec une option de suppression de la fertilisation minérale azotée).

Télécharger l'article


< retour



 
154993 visites

Espace Adhérents et abonnés

Email :

Identifiant :



J'ai oublié mes identifiants

Je n'ai pas d'identifiant



Dernière mise à jour le
11/12/2017